François Meyroune Migennes la gauche citoyenne

Attention. On vote en mars prochain

Ensemble, préparons les élections départementales

avec François Meyroune et Dominique Franchet, Pour une alternative citoyenne sociale, écologique et solidaire à la politique d’austérité

A la mi-décembre, à l’initiative du Front de gauche avec le soutien d’Europe Ecologie Les Verts, s’est constitué un collectif citoyen cantonal pour préparer les élections départementales de mars prochain dans le nouveau canton de Migennes. Ce collectif est ouvert à toutes les sensibilités politiques de gauche qui rejettent la politique du gouvernement Hollande-Valls parce qu’elle ne correspond pas aux promesses de 2012 du candidat Hollande et, tout simplement, parce que l’austérité pour le peuple et la soumission aux injonctions du MEDEF et des marchés financiers engendrent de plus en plus de souffrances pour la population, mais également enfoncent le pays dans la crise.

Ce collectif est ouvert à toutes les citoyennes et tous les citoyens qui, sans appartenance politique ou avec, veulent une vraie politique de gauche et écologique.

 Il entend construire avec les habitants un projet qui favorise et défende l’emploi et la formation, les services publics, les équipements et infrastructures nécessaires, une politique départementale, sociale, éducative, environnementale, de santé, culturelle qui réponde aux attentes de la population.  Il combattra le projet gouvernemental de réforme territoriale qui se propose de vider le conseil départemental (ex-Conseil Général) de ses compétences et d’éloigner les citoyens des centres de décisions. Il défendra l’autonomie et la liberté des communes que F.Boucher veut liquider avec le projet de création d’une seule commune du Migennois qui engloutirait les autres. Du même pas, il fera des propositions pour une réforme démocratique des institutions, pour un développement de la démocratie participative de proximité visant l’instauration d’une VIème République parallèlement à une réforme fiscale profonde.  Il exigera que les dotations de l’Etat qui aujourd’hui baissent considérablement soient ramenées à un niveau qui permette aux collectivités locales de mener à bien leurs projets ; elles qui réalisent plus de 70% des investissements publics, qui financent de nombreux services à la population, qui permettent aux associations culturelles, socio-éducatives et sportives de vivre.

Cette élaboration sera l’objet de consultations et de rencontres dans les semaines qui viennent. Il appelle toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans cette démarche citoyenne à rejoindre le collectif citoyen cantonal.

 

billet d'humeur de Claude Prévost

Nous venons d’apprendre avec bonheur ( Yonne républicaine du 14 Janvier 2015) que le président socialiste de la région Bourgogne a fait voter une aide de 130 000 euros à l’hôtel restaurant La « Côte st Jacques » de Joigny pour qu’il se modernise et obtienne sa 5ème étoile. Bel exemple de solidarité sociale en période de crise et d’exclusion sociale, non ? Cela fait chaud au cœur de voir mes impôts aussi bien utilisés au moment du développement ultra rapide de la pauvreté. Les riches qui fréquentent cet établissement seront heureux , grâce aux socialistes , à la droite et l’extrême droite qui ont voté cette subvention, de bénéficier d’un luxe supplémentaire. Quant aux chômeurs, aux allocataires du RSA, aux smicards , aux retraités pauvres, ils se réjouiront de savoir que dorénavant, grâce aux socialistes, ils pourront enfin dans l’Yonne aller manger et dormir dans un 5 étoiles. Pour peu qu’ils puissent aligner 200 euros minimum pour le repas, quelques centaines d’euros de plus pour la chambre, et ainsi côtoyer les riches clients de ce palace. Ils devraient même au nom de la même solidarité sociale demander des subventions aux mairies socialistes, à commencer par celle de Joigny, pour payer l’addition. La mixité sociale, c’est ça ! Le MEDEF et Macron vont être ravis. Car comme le dit l’adage : « le socialisme mène à tout à condition d’en sortir » . Le PS semble en être sorti définitivement. La Côte St Jacques, entreprise privée, souvent pleine comme un œuf, avait-elle besoin de cette aide et de l’argent public pour encore franchir un échelon dans le luxe ? N’est-ce pas là une véritable provocation sociale ? A vous de voir alors que nul doute qu’on vous dira que c’est pour développer l’emploi, mais on vous a dit déjà tant et tant de bêtises depuis l’élection de Hollande… D’un autre côté, on me dira également que les restaurants du cœur eux aussi sont de plus en plus pleins et que là on peut tous y aller parce qu’ils sont gratuits. C’est la contre-partie en régime capitaliste. Mais au fait quelle a été la subvention régionale 2015 votée pour ces restos de la pauvreté ? Nous attendons avec impatience la réponse du PS. Elle est pas belle la France dirigée par les socialistes ? Les riches n’ont plus besoin de Sarkozy, et vive l’unité nationale. Claude PREVOST conseiller municipal de Migennes Citoyenne 2014 Gauche rassembléeancien 1er adjoint

 

Auxerre, le 14 janvier 2015, déclaration Europe Ecologie les Verts-Front de Gauche.

Pour les élections départementales de mars prochain, dans l’Yonne, Europe Ecologie Les Verts et le Front de Gauche ont décidé de s’unir. Les deux mouvements présenteront des candidatures communes, candidatures ouvertes à des citoyens, membres ou non d’un Parti, qui se reconnaissent dans la démarche initiée par EELV et le Front de Gauche. Ils seront les candidats d’Alternative citoyenne,sociale, écologique et solidaire,soutenue par le Front de Gauche et Europe Ecologie Les Verts Des axes de travail à caractère programmatique ont été élaborés en commun pour cette campagne électorale. Nous regrettons que ces élections se déroulent dans le cadre d’une réforme territoriale précipitée et réalisée sans concertation démocratique et sans vision claire des futures compétences du Conseil Départemental. Nous refusons la politique d’austérité du gouvernement Hollande-Valls et la baisse drastique des dotations de l’Etat aux collectivités locales qui entravent l’aménagement durable des territoires. Nous nous engageons à défendre les services publics sur tous les territoires. Nous exprimons notre désaccord avec le projet de Traité Transatlantique (TAFTA) et les graves conséquences qu’il aurait pour les collectivités, en particulier le Conseil Départemental dont il limiterait les prérogatives. EELV et le Front de Gauche appellent les citoyens à s’engager avec détermination dans cette campagne pour une alternative sociale, écologique et solidaire.

 

l'hommage et les voeux du PCF vidéo


Hommage à Charlie-Hebdo - Maintenant, restons... par CN-PCF
 

« La cérémonie des vœux est un moment de rassemblement et de convivialité » a déclaré M.Boucher en commençant son discours vendredi soir après avoir parlé d’unité nationale. Mais quelques instants plus tard, il se livrait à une attaque en règle contre l’ancienne municipalité quant à l’héritage financier laissé. Une litanie qu’il répète inlassablement. Ne pouvant répondre, les élus de l’opposition de gauche, Annie Leroux, Claude Prévost, François Meyroune (Nadine Tonnelier et Taoufik Kor étaient excusés) ont quitté la salle afin de manifester leur mécontentement avec cette façon de faire.

 

Des lâches


Jean-Luc Mélenchon : "Il s'agit d'un assassinat... par ITELE
 

Lettre au Président de la Région Bourgogne

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur d’attirer, une nouvelle fois, votre attention sur le lycée Blaise Pascal de Migennes. Le spectre de la fermeture pure et simple hante les personnels, les élèves et leurs parents, la population, et naturellement les élus du Migennois. Récemment le conseil municipal de Migennes a voté une motion, à l’unanimité moins une voix (celle du seul élu socialiste), demandant une réunion de toutes les parties, direction du lycée, équipe enseignante, personnel technique, élus locaux et régionaux, Etat, pour faire le point de la situation et envisager l’avenir. Elle rappelait également les attentes de la ville. Cette rencontre n’a pu se tenir en décembre, alors qu’elle était programmée.

L’existence de ce lycée professionnel est très importante pour le Migennois, mais au-delà pour le département et la région. Il est un outil rénové récemment, sauf pour ses ateliers techniques, et pourrait accueillir beaucoup plus d’élèves qu’il n’en accueille aujourd’hui, si la décision de créer de nouvelles sections de formation était prise par le Rectorat. Un établissement de ce type tranche avec les « gros » lycées parce qu’il est à taille humaine et permet aux professeurs et à l’administration d’être au plus près des élèves. C’est une chance, notamment pour le travail individualisé. Le lycée B.Pascal est un atout pour notre territoire qui souffre durement de la crise et qui a besoin d’outils efficaces pour donner à la jeunesse une formation lui permettant d’entrer dans les meilleures conditions dans la vie active. Les entreprises locales sont demandeuses de formations techniques qui pourraient être mises en place dans ce lycée. Ainsi, non seulement il est nécessaire de pérenniser l’établissement à Migennes, mais il faut le développer avec de nouvelles sections et filières, industrielles en particulier. C’est le vœu contenu dans la motion du Conseil Municipal de Migennes. Ce vœu était accompagné de la volonté de voir rapidement reconstruits les ateliers techniques, ravagés par un incendie en mai dernier. Une reconstruction à neuf était prévue dans le projet initial de rénovation du lycée. En effet, il y a quelques années, le Conseil Régional avait inscrit une somme de 2,650 millions d’€ pour ce faire. Cette inscription budgétaire semble avoir été supprimée. Seuls 500 000 euros sont inscrits pour les besoins immédiats.

Cette situation génère beaucoup d’inquiétudes. Plus encore, quand on lit dans la presse départementale qu’un accord de financement de 200 millions d’euros a été signé entre la Bourgogne et la Franche-Comté et la Banque Européenne d’Investissement et que le nom du lycée n’apparaît pas. Cet accord permettra de financer la modernisation de lycées et de centres de formation. 46 lycées sont concernés pour la Bourgogne, selon l’Yonne Républicaine du 26 décembre. Je n’ai rien lu concernant le lycée de Migennes dans les documents mis en ligne, en particulier dans le programme d’investissement bourguignon pour les lycées et centres de formation.

Il est urgent, Monsieur le Président, de répondre et de dire la vérité sur les intentions du Conseil régional aux partenaires du lycée Blaise Pascal de Migennes, à la population. Evidemment, vous l’imaginez, si vous annonciez une mauvaise nouvelle qui impliquait la fermeture de l’établissement, vous provoqueriez une terrible déception dans la population de la ville et de tout le territoire. J’ajoute qu’une profonde colère s’emparerait des électeurs de gauche qui n’ont pas voté pour le démantèlement du service public de l’Education Nationale. Dans cette hypothèse, je serais de celles et ceux qui appelleraient à la résistance pour que le Conseil Régional soutienne notre établissement.

J’attends, impatiemment, une réponse positive à ces demandes et vous adresse, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

François Meyroune ancien maire de Migennes

 

Voeux: Changeons la politique


En 2015, changeons la politique par CN-PCF
 

conseil municipal de Migennes 17 décembre

Le Conseil municipal de Migennes s'est réuni le 17 septembre.

Parmi les questions abordées:

Les nouveaux tarifs de la restauration scolaire. La Droite fait très fort. Le tarif de la tranche la plus basse, celle des familles aux revenus les plus faibles augmentera de 46%, le ticket du repas passe de 2,05 € à 3 €.

Le tarif de la tranche "moyenne" augmente de 2,6%.Il sera de 3,5€ contre Celui de la dernière tranche, en revanche, baisse de 7%. Le ticket sera vendu 4€ au lieu de 4,30. Les enfants des communes extérieures paieront 4,50€ le repas.

Devant une telle hausse pour les familles aux revenus faibles, les élus de Migennes Citoyenne ont voté contre.

La Droite débaptise le camping Les confluents Léo Lagrange. Il s'appellera désormais Les Confluents.

Cherchez l'erreur sachant que Léo Lagrange était un ministre du Front Populaire qui réalisa beaucoup pour la jeunesse et le tourisme social.

Lire la suite...

 

Nouvelles hausses de tarifs municipaux

ça y est! La Droite municipale vient de décider de faire payer les Loisirs Courts et les CLEM, c'est à dire l'accueil des élèves avant et après la classe. La vile de Migennes, qui avait créé ces structures à la fin des années 70, s'illustrait par la particularité de l'offre. Cet accueil était gratuit. Le choix était basée sur la volonté de ne créer aucun obstacle à la garde et à l'activité éducative des enfants. Notre ville ne pourra plus se prévaloir de cette politique. C'était notre fierté. A partir de l'année prochaine, il en coûtera 1,50 € la séance du matin et 2,50€ la séance du soir. Si vous laissez votre enfant tous les jours matins et soirs au CLEM (maternelle) ou aux Loisirs Courts (élémentaire), il vous en coûtera 486 € pour l'année scolaire. Rien que le matin, ce sera 270€ et rien que le soir, 360 €.

Il n'y a pas que cela. Les tarifs de cantine vont bouger. Pour la tranche la plus basse, le tarif du repas va passer de 2,05 à 3€, soit une hausse de 46 %. La réduction pour les familles de plus de deux enfants sera uniforme avec un tarif unique de 2,60€ Pour la deuxième tranche, les tarifs sont aussi à la hausse avec le passage de 3,41 à 3,50€ et pour le tarifs des familles de plus de deux enfants, 3€. Pour la dernière tranche, le tarif baisse de 4,30 à 4€. Un tarif spécial est instauré pour les enfants des communes extérieures à 4,50€. Une autre décision qui mérite attention et vigilance. Il s'agit du calcul du quotient familial qui sert à établir le tarif du repas. La Droite vient de décider de s'aligner sur le quotient CAF qui est beaucoup moins avantageux pour les familles que celui que l'ancienne majorité de Migennes avait instauré et rétabli en début du dernier mandat. Ainsi, il y aura certainement des passages dans la tranche supérieure alors que le revenu n'aura pas bougé; si bien que nombre de familles paieront encore plus. Décidément, la Droite municipale, encouragée par la politique libérale du gouvernement, se lâche.

J'assistais à cette réunion et je me suis opposé à cette décision comme s'y opposera le groupe de l'opposition Migennes Citoyenne quand le projet sera présenté au conseil municipal.

 

lettre aux députés de l'Yonne

Nos jeunes amis du collectif Save Gaza ont écrit aux parlementaires de l'Yonne pour qu'ils votent pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine.Bravo! Voici leur lettre:

Monsieur le Député,

Nous avons l’honneur de vous interpeller au sujet de la résolution qui sera débattue à l’Assemblée Nationale le vendredi 28 novembre puis votée le mardi 2 décembre, invitant le gouvernement français à reconnaître l’Etat de Palestine.

En tant que collectif organisateur des manifestations de cet été dans l’Yonne pour dénoncer les crimes de l’armée israélienne à Gaza et soutenir le peuple palestinien, puis de diverses actions de solidarité avec la Palestine, nous vous demandons solennellement de voter pour cette résolution afin que soient enfin reconnus les droits nationaux des Palestiniens. A l’image de la Suède, de l’Irlande, de la Grande Bretagne, puis de l’Espagne dernièrement, la France doit aujourd’hui reconnaître officiellement l’Etat de Palestine selon les frontières définies par les accords de l’ONU en 1967, avec pour capitale Jérusalem-Est. Cette reconnaissance est la seule solution pour engager un processus de paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. Cette première étape permettra de montrer au gouvernement israélien qu’un pays comme la France ne peut soutenir une politique de colonisation, d’occupation et d’oppression. Au nom des droits de l’Homme, la France doit soutenir le peuple palestinien dans sa quête de justice, de liberté et d’indépendance.

Lire la suite...

 

soirée Palestine à Auxerre

Laissons les jeunes du Collectif Save Gaza s'exprimer après la conférence de vendredi soir à Auxerre organisée par le Front de gauche et le collectif:

Plus de 80 personnes étaient réunies hier pour la conférence-débat "Palestine, pour une paix juste et durable au Moyen-Orient"!

Un grand merci à Jean-Claude Lefort qui nous a livré sa réflexion avec des repères historiques, des faits réels et des arguments pour agir! Le débat a été très fructueux avec de nombreuses prises de parole!

"Face à la lâcheté de nos dirigeants, le peuple doit prendre la relève!" "Pour qu'un peuple sous occupation se libère, les deux éléments indispensables sont la résistance sur place et la solidarité internationale!" A nous de jouer maintenant! Passons à l'action! Pour une Palestine libre et indépendante!

quelques vues de la soirée en vrac: lefort26.jpg le dimanche précédent nous avions baptisé la place du marché de la zup à Auxerre du nom de Marwan Barghouti. lefort1.jpg Lefort2.jpg lefort3.jpg lefort4.jpg lefort5.jpg lefort6.jpg lefort7.jpg lefort8.jpg lefort9.jpg lefort10.jpg lefort11.jpg lefort12.jpg lefort13.jpg lefort14.jpg lefort15.jpg lefort16.jpg lefort17.jpg lefort18.jpg lefort19.jpg un buffet préparé par le Collectif Save Gaza pour permettre un moment convivial de fin de soirée lefort20.jpg lefort21.jpg lefort22.jpg une magnifique expo sur Gaza réalisée par Evry Palestine. lefort25.jpg

 

Mes questions au conseil municipal du 19 novembre

Pôle Service Régional de la Croix-Rouge

Après le refus effectif de la Croix-Rouge de venir s’installer dans les locaux de l’ancienne maison de retraite de Migennes, nous avions déjà eu ce débat, qu’en est-il du devenir de ce service qui occupe une vingtaine de salariés à Migennes ? Comme chacun le sait, ce service occupe un étage de l’immeuble construit place du 19 mars. Nous sommes en droit d’être inquiets. Les salariés le sont également. L’article de l’YR de ce matin en témoigne. La restructuration des services de la Croix-Rouge au plan national impliquera-t-elle la disparition de ce service à Migennes ? En général, quand on restructure, on regroupe dans des centres plus grands et on réduit le personnel au nom du sacrosaint dogme libéral de la nécessaire baisse du coût de travail. Je pense qu’il faut demander à la Direction de la Croix-Rouge des informations et lui transmettre notre volonté de conserver l’emploi des personnels sur le site. Je suggère également que l’on se préoccupe du devenir de l’USSR(Croix-Rouge) de Migennes.

AFPA

L’AFPA joue un rôle important dans le Migennois et le département. C’est un outil performant pour la formation professionnelle des adultes. J’avais eu quelques rencontres avec la direction régionale, locale et même nationale de cet établissement et jusqu’à présent, il n’était pas question de supprimer des services. Il s’agit d’un service public qui maintenant fonctionne sous l’autorité de la Région. Je viens d’apprendre que le service de restauration des stagiaires et du personnel était supprimé. Je m’interroge et vous interroge sur le sens plus profond de cette suppression. Avez-vous des informations plus précises sur le devenir, ou l’évolution de l’AFPA et de son établissement de Migennes.

Pompiers de Migennes Pourriez-vous nous dire où en est le projet de mise aux normes et d’aménagement de l’ancien centre EDG/GDF de l’avenue J.Jaurès qui doit accueillir nos pompiers. Le temps passe et, comme Sœur Anne, nous ne voyons rien venir. Est-il vrai que le SDIS pense à vendre une partie des immeubles du site ? Plus généralement quand commenceront les travaux d’aménagement ?

Programme de Réussite Educative Lors de sa dernière réunion, le conseil d’administration du CCAS a prolongé jusqu’en décembre le contrat de la coordonnatrice du PRE à Migennes. A un mois de l’échéance, on est en droit de s’interroger sur le devenir de cette structure et sur l’avenir de cette personne qui faisait remarquablement son travail. Qu’en est-il de l’avenir du PRE de Migennes ?

 

SECTEUR FEDERAL CGT DES CHEMINOTS DE PARIS SUD EST

Mesdames, Messieurs les Maires, Mesdames, Messieurs les Conseillers Généraux ;

Dernièrement la presse régionale se fait l’écho d’évolutions de l’offre TER sur le Morvan.

Plutôt qu’évolutions, nous parlerons de petits arrangements entre amis sous prétexte d’un modèle économique qui ne serait plus tenable et de réponse aux attentes des voyageurs, il est proposé la suppression d’arrêts de train et le transfert sur route en compensation.

La CGT des cheminots a pleinement conscience de l’état des finances de la région Bourgogne.

Pour autant, nous sommes convaincus que la fuite en avant et la mise en œuvre d’une offre « low cost », si elle devait se confirmer en tant que modèle économique, serait un vrai recul du service public ferroviaire sur nos territoires.

Ce modèle transforme le travail, créateur de richesses et de relationnel, en coût qu’il faut faire baisser à tout prix aux seules fins de dégager des profits pour quelques-uns. Il conduit les utilisateurs à accepter une baisse importante du niveau de qualité, voire de sécurité, la soumettant à la seule lecture du prix affiché. La traduction politique du « low cost » fait ressurgir des « idéologies » individualistes s’appuyant sur la démagogie et l’égoïsme qui se dissimulent derrière une communication portant sur des propositions de solutions personnalisées.

Plus qu’à l’usager, l’extension du « low cost » profite donc avant tout à l’actionnaire en poussant les feux d’une financiarisation de l’économie, et ne répond pas à la demande des usagers.

Malheureusement la SNCF n’échappe pas à ces stratégies. Son président, Guillaume Pépy en fait même un exemple à suivre via son VRP de luxe, le directeur de la Branche SNCF Mobilités.

Nous savons bien que les usagers du rail du Morvan souhaitent plus de rapidité entre Clamecy, Avallon et Paris où bien la capitale régionale.

La CGT estime que le train peut répondre à cette attente légitime tant du point de vue de la garantie des horaires et cela en toute sécurité, contrairement au mode routier, qui lui, détériore les infrastructures sans jamais en supporter le coût et ne peut, par ailleurs, garantir les horaires.

Comme nous, vous savez que sur les deux branches du Morvan des investissements lourds ont été réalisés sur les infrastructures, la CGT constate que la SNCF et RFF n’ont pas été au bout de la logique de modernisation des installations, puisque les trains roulent à la même vitesse après les travaux. Le seul gain étant sur le confort des usagers. Pourtant, les infrastructures renouvelées permettent d’augmenter la vitesse des circulations moyennant quelques aménagements « techniques ». En outre, l’augmentation de vitesse de ces lignes en voie unique permettrait d’augmenter la capacité en nombre de circulations tant voyageur que fret.

Si le choix présenté au mois de septembre aux élus devait voir le jour, à savoir le transfert sur la route de tout ou parties des circulations TER, cela aurait également un impact sur les circulations Fret dans un avenir plus ou moins proche. Avec le risque de report modal vers des routes peu adaptées et au demeurant déjà surchargées de camions. En clair, un transfert de charge vers les collectivités.

Le mode ferroviaire n’a plus à faire la preuve de son efficacité en termes de développement durable et de sécurité, contrairement au mode routier.

Par définition, le transport ferroviaire génère des emplois de qualité qui présentent le double avantage d’être à la fois locaux et non délocalisables.

A contrario des propositions de la région Bourgogne, la CGT revendique l’ouverture des guichets du premier au dernier train avec un accompagnement pour chaque train, ainsi qu’une nouvelle offre répondant aux attentes des usagers.

La fermeture des guichets et le non-accompagnement des trains contraignent de nombreux usagers à la fraude, ce qui induit des pertes de recette pour la région Bourgogne.

En outre, la sureté et la sécurité des usagers ne peuvent être garanties avec les choix économiques retenus actuellement.

La CGT ne se résigne pas et entend poursuivre la bataille pour le développement du Service Public Ferroviaire, comme elle l’a fait notamment en juin dernier contre la réforme du système ferroviaire.

Cette Loi montre aujourd’hui son vrai visage. Ce sont les usagers et les cheminots qui paient cette réforme non financée. Ce sont des territoires entiers qui sont aujourd’hui menacés par la fermeture de lignes et les dégradations des conditions de transports des usagers. C’est sans parler sur les conditions de travail des cheminots.

Mesdames, Messieurs les Maires et Conseillers Généraux, sachez que la CGT est disponible pour poursuivre le débat et l’action pour pérenniser les lignes du Morvan dans l’intérêt général.

Cordialement,





Karine FAYADAT Syndicat CGT des cheminots d’Auxerre Osvaldo CERQUEIRA Syndicat CGT des cheminots de Laroche-Migennes

03 86 92 77 58 cgt.cheminots.laroche@gmail.com Alexandre BOYER Secteur Fédéral CGT des cheminots de Paris Sud Est

01 43 46 83 50 secteur.cgt.pse@secteur-cgt-pse.com

 

Auxerre a sa place Marwan Barghouti.

Dimanche 16 novembre à 11h à Auxerre (marché de la ZUP) était inauguré la place Marwan Barghouti du nom du dirigeant du Fatah, un des principaux leaders de la résistance palestinienne, emprisonné depuis 12 ans dans les geôles israëliennes comme 5000 de ses compatriotes, pour des raisons politiques. Barghouti2.jpg Barghouti4.jpg Barghouti3.jpg Cette initiative du Front de gauche était élaborée en collaboration avec le Collectif Save Gaza. Alain Raymont et Audrey ont pris la parole. Ci-dessous le discours d'Audrey au nom de Save Gaza.

Lire la suite...

 

Manif contre l'austérité 15 novembre Paris

15111.jpg 15112.jpg 15113.jpg 15114.jpg 15115.jpg 15116.jpg 15117.jpg 15118.jpg 15118.jpg 15119.jpg 151110.jpg 151111.jpg 151112.jpg 151114.jpg 151115.jpg 151116.jpg 151117.jpg 151118.jpg 151119.jpg 151120.jpg 151121.jpg 151122.jpg 151123.jpg 1511Palestine.jpg

 

Non à l’austérité ferroviaire

Non aux suppressions d’arrêts de train et de services sur les lignes du Morvan.

Le Parti Communiste français, sa fédération de l’Yonne, ses élus et ses militants se prononcent contre le projet régional de refonte des lignes TER du Morvan. Ils dénoncent les suppressions d’arrêts de trains sur les lignes Laroche-Migennes-Auxerre-Cravant-Clamecy et Avallon. De même rejettent-ils la diminution du nombre d’aller-retour Laroche-Avallon qui passerait de 5 à 3 du lundi au jeudi. Ces mesures remettent en cause le service public ferroviaire dont l’objectif devrait être de répondre aux besoins des populations par une offre de proximité de qualité. Une assemblée de gauche ne peut pas prendre de telles décisions. C’est tout le contraire qu’il faudrait faire et ce n’est pas en supprimant des arrêts que l’on va faire aimer le train. L’argument de la vitesse ne tient pas. D’importants travaux ont été réalisés sur la ligne récemment. Ils permettent de rouler à 110 km à l’heure alors que la vitesse actuelle est de 40 à 50. La suppression des arrêts ne provoquera pas un gain de temps significatif. Plus globalement, sur ces lignes, il serait plus intelligent de travailler au doublement de la voie entre Chemilly et Auxerre. Un gain de temps significatif s’en suivrait. Rappelons que sur ce tronçon, la voie est unique depuis la guerre. Et le transfert sur route des voyageurs ? Alors que tout conduit aujourd’hui, en raison des questions environnementales et de sécurité, à préférer le rail, à mettre les camions sur les trains, à redynamiser le fret ferroviaire dans le cadre du service public ferroviaire, les mesures de remplacement avec des cars et des taxis sont impensables. Ou alors, la volonté est autre. N’a-t-on pas entendu le ministre de l’économie, M.Macron, en appeler au développement et à la libéralisation du transport national par autocars. Derrière tout cela, il y a la privatisation du transport ferroviaire régional alors que le service public de proximité que sont les TER a prouvé son efficacité. La SNCF et, malheureusement le Conseil Régional de Bourgogne à majorité socialiste, s’inscrit dans cette perspective. Et l’emploi ? Ces suppressions conduiront inéluctablement à une baisse de l’activité SNCF qui aura des répercussions négatives sur l’emploi des cheminots. Moins de trains, c’est moins de travail pour les conducteurs du dépôt de Laroche qui interviennent sur les lignes du Morvan. Même chose par rapport à la logistique. Tout cela signifie à termes des suppressions de postes. Ce n’est pas l’intérêt des populations. Ce n’est pas l’intérêt général ! Est-ce nouveau ? On entend les élus de droite s’offusquer aujourd’hui. Soit ! Mais quand ils étaient aux commandes, ils faisaient la même chose. Rappelons-nous le rapport Guillaumat et ses conséquences négatives. Nous pourrions lister l’ensemble des suppressions d’arrêt, les fermetures de gare ou de lignes SNCF qu'il a provoquées avec la Droite au pouvoir.

Maintenant, il faut arrêter le projet et remettre tout sur la table en partant des besoins des populations avec la volonté de défendre et de développer le service public ferroviaire. Il faut que la région Bourgogne et la SNCF écoutent les cheminots, les usagers et les élus locaux.Les communistes et le Front de Gauche sont aux côtés de celles et ceux qui luttent avec leurs associations, leurs élus pour faire échec à ce projet régional.

Fédération de l’Yonne du Parti Communiste français Novembre 2014 Contact 30 rue Michelet 89000 Auxerre Tél : 03 86 72 24 00 Page facebook : alainpcfyonne mail : pcffd89@orange.fr

 

Réforme territoriale


Ep.25 - Le Hold up démocratique par CN-PCF
 

497r_marwanptition.jpg Signez et faites signer la pétition nationale pour la libération de Marwan Barghouti et de tous les prisonniers palestiniens.

Une campagne internationale pour la libération de tous les prisonniers palestiniens est lancée, depuis l’Afrique du Sud, dans plusieurs pays: «L’appel de Robben Island », lancé en octobre 2013 par Ahmed Kathradra, compagnon de détention de Nelson Mandela, et parrainé par un Haut Comité comprenant des Prix Nobel (Jimmy Carter, Adolfo Perez Esquivel,Jose Jamos Horta, Mairead Mac Guire, Rigoberta Menchu, Desmond Tutu, Jody Williams) ainsi que Stéphane Hessel.

La campagne française a été rendue publique dès le 10 avril 2014. Elle lance aujourd’hui une pétition nationale:

http://www.change.org/p/campagne-pour-libérer-marwan-barghouthi-et-tous-les-prisonniers-palestiniens-petition-pour-la-liberation-de-marwan-barghouthi-et-tous-les-prisonniers-palestiniens

 

unnamed.jpg

- page 2 de 54 -