Un troisième trait caractéristique, nous nous sommes rassemblés sur un projet pour développer Migennes. Un projet et des propositions qui, tout en fixant un cap, ne sont pas à prendre ou à laisser, qui peuvent bouger dans le débat avec la population. Je vais vous présenter nos priorités.

Enfin, nous ne partons pas de rien. Nous avançons avec un bilan et une expérience riches. Notre premier journal de campagne en est une illustration. La gauche préside aux destinées de la ville depuis 1977 quand Guy Lavrat est devenu Maire à la tête d’une liste de rassemblement de la gauche. Je salue son épouse,Suzanne, présente dans cette salle et je salue également chaleureusement Jacky Fouet qui a été l’adjoint de Guy Lavrat pendant tous ses mandats de maire et qui est devenu mon adjoint en 1998 jusqu’en 2001. Je salue également les élus de ces différents mandats qui nous témoignent leur sympathie. Je remercie Lionel Thomas qui est élu avec nous depuis 1995, qui est toujours adjoint à l’environnement, mais qui a souhaité ne pas se représenter. Nous respectons sa décision, même si nous la regrettons. Nous présentons un bilan. Reconnaissons que la ville a profondément changé pour le mieux-être de ses habitants. Migennes souffre de la crise et des politiques d’austérité des gouvernements qui se sont succédé. Nous voulons résister à cette crise, aux injustices sociales. Nous voulons être une véritable protection, un bouclier social pour la population dans cette période de crise. Les habitants en ont besoin. Bien sûr, contrairement à un point de vue répandu, le Maire et les élus ne peuvent pas tout, mais ils peuvent beaucoup. Méfions-nous des vendeurs de promesses, des « M. je sais tout, M. critique tout », des « MOI je suis plus fort que tout le monde, Ya ka, Faut qu’on… » , de ceux qui annoncent comme Sarkozy et Le Pen, « la tolérance zéro »...

Nous voulons absolument empêcher le retour de la droite aux affaires, car, si elle revenait, il en serait fini de cette protection face aux difficultés qui assaillent les populations puisqu’au fond la Droite est d’accord avec l’austérité, elle est d’accord la diminution des dépenses publiques, c'est-à-dire les dépenses pour les habitants elle ne dit trop rien sur la baisse des dotations aux communes parce que de fait entre « gel des dotations » de Sarkozy et « baisse effective » il y a toujours des moyens en moins pour les communes, et toujours plus de cadeaux aux grandes entreprises et soumission aux marchés financiers. Nous voulons empêcher son retour aux affaires, c’est bien de le dire. Il faut maintenir le faire ! Alors il faut se rassembler. Notre liste est celle du rassemblement. Faisons attention, s’abstenir serait faire un cadeau à la Droite et confier à d’autres ce que l’on peut faire soi-même. Dès le 1er tour, le 23 mars, il faut voter. C’est là que tout se joue. Ne dispersons pas nos voix, « faut pas gâcher !» disait un Icaunais célèbre. La Droite en profiterait.

Nous jouons la gagne et, avec votre soutien, nous allons gagner.