Et parallèlement, toujours plus pour les entreprises, notamment les plus grandes. Un chiffre en 2014, 21 millions d’euros ont été versés aux entreprises de l’Yonne au titre du CICE sans aucune contrepartie en termes de création d’emplois. Vous avez la critique facile sur certains sujets, mais pas sur le fond politique et pour cause, la politique conduite par ce gouvernement est une politique néolibérale.

Sur les dotations, une proposition : Saisir le plus rapidement possible les services de l’Etat pour que nous bénéficiions de la DSR et de la DSU cible. Nous y avons droit. Cheny ne l’aura plus. Cela permettrait d’avoir des dotations plus fortes en DSR et en DSU, mais aussi en ce qui concerne l’aide de l’Etat pour la réforme des rythmes, soit 90€ par enfant au lieu de 50. Ce n’est pas négligeable.

Sur la dette :

On sait qu’avec la reconstruction de l’école M.Pagnol, la dette augmentera fortement jusqu’en 2016, si on avait tenu le planning que l’ancien municipalité avait élaboré. Sauf à décider d’abandonner définitivement la reconstruction de M.Pagnol, cette montée de la dette sera toujours présente. Quand on y regarde de près, le ratio de la dette par habitant avec la reconstruction de l’école MP serait en 2016, l’année critique avec une population DGF qui devrait encore baisser et que j’estime à 7000 pour 2016, de 928 €. Encore au dessous de la moyenne de la strate des communes de même importance (1116). Il n’y a pas le feu ! Certes, il faut faire des économies de fonctionnement. Nous en aurions fait.

Les ratios présentés dans le document montrent que nous n’étions pas si mauvais que cela. Vous mettez en avant les dépenses de personnel. Nous ne rougissons pas (même si nous aimons bien la couleur rouge) du niveau de nos dépenses car elles correspondent à des services à la population.

J’ajoute que vous n’intégrez pas facilement la dette liée au PACB que nous et aujourd’hui vous, avons du mal à remplir. Deux entreprises s’y sont installées pendant notre mandat. On verra en 2020.

En revanche, vous avez de la constance dans certaines attaques contre nous. La question de l’emprunt de 1 millions d’euros en 2014. Vous continuez à écrire que nous aurions pris cette décision « sans information en commission des finances ». C’est faux ! Je croyais l’avoir démontré lors d’une précédente réunion. Je vous en donne une copie. La commission en a été informée le 12 septembre 2013 au cours d’une réunion sur la préparation du budget 2014..

Sur le budget principal Sur le fonctionnement : Nous avons déjà dit notre désaccord avec l’augmentation des tarifs de la restauration scolaire, les différentes remises en cause de la gratuité de certains services, le financement des NAP par les familles et demain celui des CLEM et Loisirs-courts. Les résultats de cette politique sont une fréquentation très faible de ces activités pour les enfants. C’est une sélection par l’argent.

Pour les associations, nous avons noté que vous supprimiez l’aide municipale à l’ASUCM en termes d’emplois aidés.

Et que vous travailliez à réduire de 7% la masse salariale. Sans commentaires si ce n’est que le nombre d’emplois risque fort de diminuer tout comme les acquis du personnel.

Sur l’investissement, notre principale critique est par rapport à votre décision de retirer les crédits d’investissement pour la reconstruction de l’école M.Pagnol. C’était un engagement que nous avions pris devant les enseignants et les parents au lendemain de l’incendie. Vous-même, M.Boucher, vous n’aviez jamais contesté cet engagement. Je me souviens encore que le Préfet nous avait dit que nous pourrions, sans aucun doute, espérer jusqu’à un subventionnement de 80% du montant HT. Malheureusement, l’Etat ne nous donne que 500 000 €, certes c’est mieux que rien, le Conseil Général 0 € etc…Si bien que nous devons recourir fortement à l’emprunt. Ce n’est pas seulement une question financière. La population, les parents d’élèves, les enseignants, les enfants attendent cette reconstruction et, à notre avis, c’est une priorité dans les investissements. Nous sommes en désaccord sur cette question.

Nous constatons que vous vous apprêtez à augmenter le prix du m3 d’eau.

Pour toutes ces raisons, nous rejetons ces orientations budgétaires.