L’argument des difficultés financières ne me laisse pas indifférent. Chacun connaît les effets néfastes de la politique gouvernementale de réduction des dépenses publiques. Mais quand le CA du SDIS a décidé en juin 2009 de construire et qu’il a porté à 1,62 millions d’euros l’inscription budgétaire pour le nouveau centre, les difficultés financières existaient comme aujourd’hui. Je fais le même raisonnement sur le deuxième argument invoqué, à savoir la refonte du SDACR. Ce schéma de couverture des risques était également en refonte en juin 2009.

Tout conduit à maintenir la décision de juin 2009 ! J’ajoute que l’on court le risque d’un découragement des sapeurs-pompiers volontaires si les engagements pris n’étaient pas tenus. Ce découragement des pompiers volontaires aurait des conséquences dramatiques pour la complémentarité du travail avec les pompiers professionnels.

Je souhaite donc que vendredi prochain le conseil d’administration réaffirme la décision de construire le nouveau Centre de Secours du Migennois et reprenne la procédure en déposant, dans les plus brefs délais, le permis de construire sur le terrain qui lui est réservé par la Communauté de Communes dans le Parc d’Activités du Canal de Bourgogne.

J’appelle les Migennois à renforcer leur mobilisation pour que le service public de sécurité puisse travailler dans les meilleures conditions. La pétition que font circuler les pompiers est à leur disposition à la mairie.

François Meyroune Maire de Migennes Le 18 octobre 2010