Ma réaction: Il y a fort à parier que le Président de la Région et le Recteur vont annoncer lundi la fermeture prochaine du lycée Blaise Pascal. C’est inacceptable ! On nous parle, en ce moment, du rôle décisif de l’éducation dans le vivre-ensemble, de priorité à lui donner, de moyens renforcés pour l’école et dans le même temps, on veut fermer un lycée qui a maintes fois démontré son efficacité. C’est le monde à l’envers ! Migennes est toujours classée dans le réseau d’éducation prioritaire. On ne peut pas lui enlever cet outil de formation et d’éducation des jeunes. L’argument du nombre d’élèves ne tient pas, dès lors que l’on se fixe comme objectif la réussite de tous les élèves. On sait que les petites structures sont mieux à même de soutenir les élèves, notamment ceux qui rencontrent des difficultés, que la proximité est importante en pédagogie. A cet égard, le lycée B.Pascal est un établissement exemplaire. Ce lycée a été rénové récemment. Il est devenu un établissement accueillant et fonctionnel que d’aucuns nous envient. Cette rénovation a été financée par la Région, mais aussi, alors que ce n’était pas sa compétence, par l’intercommunalité du Migennois. C’est dire l’attachement de la collectivité à son lycée. Il faut le garder et le développer en créant de nouvelles sections industrielles et tertiaires. Cela permettrait de « décongestionner » d’autres établissements. Il faut reconstruire les Ateliers Techniques au plus vite. Avec les élus de Migennes Citoyenne, je serai aux côtés de l’équipe enseignante et technique du lycée, des parents et des élèves dans la lutte pour sauver le lycée B.Pascal. Un conseil régional qui se réclame de la gauche ne peut démanteler de la sorte le service public d’éducation.

Migennes, le 22 janvier 2015