Le Collectif Cantonal Citoyen, mis en place par les Ateliers Citoyens de la Gauche pour mener la campagne dans le canton de Migennes avec les candidats Front de gauche-EELV s'est réuni mardi 24 mars..

Il remercie chaleureusement les 1258 électeurs (24% des suffrages exprimés) qui ont voté pour le binôme D.Franchet et F. Meyroune faisant ainsi la démonstration qu'une nouvelle gauche est en train d'émerger. A Migennes, elle est largement majoritaire à gauche. De son côté, le Parti socialiste recule fortement. Il s'en est fallu de peu (126 voix) pour que notre binôme soit présent au deuxième tour. Il aurait pu gagner cette élection sans les candidatures minoritaire et de division présentées par l'ACSY (PS). Avec deux élus Front de Gauche au niveau départemental, tout aurait été différent. Les Icaunais auraient eu des porte-parole pour défendre les acquis sociaux et leurs véritables intérêts. Sur la ville de Migennes, notre score est particulièrement intéressant puisque nous approchons les 32% des suffrages.13 voix nous séparent des candidats UMP.

Si le Front National, parti antisocial, raciste, diviseur, fascisant fait un score important, la misère sociale, l'austérité, le déficit démocratique, le mépris à l'égard du peuple en sont la cause.

Il faut cependant constater qu'à Migennes, il est en recul par rapport aux élections européennes. Et ce, malgré la sur-médiatisation de ses thèses par la presse,  le gouvernement, la Droite et le PS.

Nous restons mobilisés pour les luttes contre la finance et l'austérité d'où qu'elle vienne. Nous appelons nos électeurs, mais aussi le peuple de gauche à se lever pour une autre politique.

Dès maintenant, il faut sur le Migennois amplifier le combat pour que la Région Bourgogne et le Rectorat reviennent sur leur décision de fermer le lycée Blaise Pascal. Il faut faire échouer le projet de fermeture de l'USSR Croix-Rouge. Il ne faut pas abandonner la construction de la caserne des pompiers à Migennes, comme le proposaient les candidats socialistes. Il faut combattre les plans de suppressions d'emplois, défendre les services publics menacés, obtenir l'abandon de la réduction des dépenses publiques, de la baisse des dotations aux collectivités locales. Ce ne sont pas des causes perdues. Nous sommes la Gauche qui combat et qui ne renonce pas à être de gauche.

Pour le second tour, deux binômes restent en lice à cause d'un mode de scrutin antidémocratique. Il faut cependant choisir. Nous ne nous faisons aucune illusion sur les candidats UMP qui sont les adeptes d'une politique libérale. Mais le danger principal est que le Front National entre à l'assemblée départementale et se donne ainsi des moyens supplémentaires pour diffuser ses thèses nauséabondes et stigmatisantes. Il faut donc tout faire pour le battre dimanche prochain dans les urnes. Ensemble, faisons barrage au Front National! Migennes le 24 mars 2015