J’insiste lourdement sur la riposte nécessaire au « mini-traité » de Sarkozy pour l’Europe. Cela nous concerne tous. L’Union Européenne joue un rôle extrêment important dans la détérioration de nos conditions de vie. Je pense à la directive européenne postale qui "ouvre à la concurrence" la poste et la privatise encore un peu plus au détriment de la qualité du service rendu aux usagers. La suppression annoncée du Centre de Tri de Migennes, les suppressions de bureaux dans les communes rurales, les agents non-remplacés en ville ou ailleurs, l’obligation faite aux communes de financer les agences postales ( comme à Laroche et à Bassou) etc … tout cela est le fruit de la politique gouvernementale qui s’est alignée sur la politique européenne. Je pense à la SNCF, à la mise à mal du fret, lui aussi « ouvert à la concurrence », aux suppressions d’emplois de cheminots, aux fermetures des gares « rurales. Même raisonnement sur les causes de ces pratiques. Pourtant le 29 mai 2005, nous avions dit NON au projet de traité constitutionnel qui gravait dans le marbre les règle du néolibéralisme et de l’alignement sur les marchés financiers. Aujourd’hui avec le traité dit simplifié, Sarkozy et les chefs d’Etats européens veulent faire passer la même pilule enrobée différemment. Dans ce projet, rien ne change par rapport au TCE. Plus encore, il ne tient aucunement compte du vote et des débats des Français en 2005. C’est une imposture, un véritable passage en force dans la mesure où Sarkozy veut le faire adopter par la voie parlementaire, donc sans consultation du peuple. Un ami me disait récemment : "Avec ce traité, il y aura 72% de cocus à Migennes." Il n’a pas tord. En effet, 72% des Migennois ont dit Non au Traité Constitutionnel Européen le 29 mai 2005, 55% des électeurs dans le pays. Plus que jamais, il faut exiger que le peuple soit consulté par référendum. Une autre idée : pour faire passer le traité par la voie parlementaire, « il faut un vote ratifié par les 3/5 du Parlement » disait récemment le sénateur socialiste Jean-Luc Mélanchon. Jusqu’à présent, l’UMP, même avec le Modem, n’a pas cette majorité. Ainsi, si la Gauche vote contre, le traité ne passera pas. Alors…