C’est un recul pour le désenclavement de l’Yonne. Les liaisons ferroviaires sont décisives pour le développement territorial. Encore un atout qui disparaît ! C’est si vrai que, si j’en crois l’Yonne Républicaine de mardi 25 août, des représentants des entreprises icaunaises, tout comme la chambre de Commerce et d’Industrie, s’en inquiètent et demandent le maintien de la liaison quotidienne. J’entends encore le Président de la CCI dire récemment lors d’une initiative avant l’été à Auxerre dans les anciens locaux du Crédit-Agricole, devant un parterre d’élus attentifs, que cette liaison TGV était un atout pour le département. Faut-il rappeler que nos concitoyens avaient plébiscité cette offre lors de la consultation organisée par le Conseil général dans le cadre du projet Yonne 2001. On invoque des difficultés pour l’équilibre financier de l’opération. Bien sûr, aurait-il été préférable que la SNCF prenne tout en charge. Malheureusement, les politiques libérales qui se sont succédé ont conduit la SNCF à diminuer son offre et ses services en privilégiant la rentabilité financière, l’alignement sur les traités européens et les directives d’ouverture à la concurrence. Le traité de Lisbonne va d’ailleurs aggraver la situation. Je m’interroge quand j’apprends qu’une liaison TGV Dijon- Caen et …Cherbourg se met en place. Le TGV passera dans l’Yonne mais ne s’y arrêtera pas. Je ne remets pas en cause les besoins de lien de la capitale régionale avec d’autres régions, mais cela ne doit pas se faire au détriment des autres départements. Une véritable politique d’aménagement du territoire doit être harmonieuse et prendre en compte les besoins de tous les départements. Mon sentiment est que non seulement il faut rétablir immédiatement la liaison quotidienne TGV Yonne-Méditerranée, mais qu’il faut aller plus loin. Il y a une dizaine d’années le Conseil général avait étudié la possibilité de relier par TGV Laroche-Migennes, Sens et Melun à Lille et au nord de l’Europe. Cette étude concluait à la faisabilité du projet. Il faut la reprendre et mettre en œuvre ses préconisations. Il faut savoir ce que l’on veut et prendre ses responsabilités. Les beaux discours sur le développement de l’Yonne doivent être suivis d’actes concrets. Je demande donc aux Présidents de la Région et du département de revenir sur leur décision et de rétablir immédiatement notre TGV quotidien.