L'Yonne fut une terre de résistance et le Migennois, en particulier. Nous pensons à tous les résistants torturés, fusillés, déportés, assassinés par les nazis. Ce n'est pas un hasard si nous avons choisi le rond-point Môcquet pour cet hommage. Nous avons une pensée émue pour Guy et son père Prosper. Mais les rues Georges Varenne et Emile Tabarant à Laroche, Louis Riglet, Pierre Sémard, Henri Surier, Georges Chabanna, Pierre Picard, les square Léon Bouchard et Fernand Lelandais, l'espace Roger Varrey témoignent de l'engagement de la Résistance, cheminote en particulier, souvent communiste, sur ce territoire. N'oublions jamais que nous devons notre liberté à l'action de ces héros. Mais ce 27 mai 2015 prend un relief particulier parce que c'est le 70ème anniversaire de la victoire sur le nazisme et parce que le Président de la République a décidé de faire entrer au Panthéon quatre héros et martyrs de la Résistance: Germaine Tillion, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay. Le Parti Communiste leur rend hommage. Ils ont combattu avec détermination les nazis et les collaborateurs avec un haut niveau de responsabilité. Il est juste qu'ils soient admis au Panthéon. Il est juste que les représentants de la Résistance française rentrent au Panthéon. De toute la résistance! C'est pourquoi, nous ne comprenons pas l'ostracisme dont sont victimes les communistes dans le choix présidentiel..Pourtant l'engagement des communistes dans le combat contre le fascisme et le nazisme a été essentiel. Nous aurions souhaité que le Président de la République ne l'oublie pas pour des raisons de politique politicienne. La Résistance a besoin de toute ses couleurs. C'est la deuxième raison de ce rassemblement. Partout en France, le PCF organise des rassemblements pour rendre hommage à toute la Résistance et réparer l'oubli des communistes dans le choix de F.Hollande alors que de nombreux noms de résistantes et de résistants communistes ont circulé pour l'entrée au Panthéon: Marie-Claude Vaillant-Couturier qui, de la lutte contre le Franquisme s'engagea dans la résistance sur le sol national. Elle sera déportée à Auschwitz-Birkenau, puis à Ravensbrück et témoignera au procès de Nuremberg en 1946.

Martha Desrumeaux, symbole des luttes féministes de la classe ouvrière, qui prépara en 1940 juste avant son arrestation, la grande grève patriotique à laquelle participèrent 100 000 mineurs du Nord et du Pas de Calais. Elle fut déportée à Ravensbrück et mourut du typhus à son retour des camps.
Danièle Casanova, l'indomptable comme le disait l'historien P.Durand, dirigeante des Jeunesses Communistes puis de l'Union des Jeunes Filles de France, animatrice du travail politique dans l'armée, puis créatrice des comités féminins et enfin engagée dans le passage à la lutte armée. Elle est arrêtée en 42, déportée à Auschwitz, meurt en mai 1943 du typhus.
Ou encore Missak Manouchian et ses camarades de l'Affiche Rouge, Manouchian, poète arménien, militant communiste, responsable militaire des FTP-MOI de la région parisienne, condamné à mort après un procès à grand spectacle, on se souvient du poème d'Aragon mis en musique et interprété par Léo Ferré, fusillé au Mont Valérien le 21 février 44.

On ne peut effacer ces pages glorieuses de l'histoire de France qu'ils ont contribué à écrire de leur sang. Que les jeunes générations ne l'oublient jamais, qu'ils n'oublient jamais que la lutte pour libérer son pays est le plus sacré des devoirs et que ce combat est plus jamais d'actualité dans le monde contemporain? Je pense précisément au combat du peuple palestinien pour sa liberté et la reconnaissance de son Etat. Merci à vous pour avoir participé à cette cérémonie.