Il y a des saisons fastes et il y a des saisons moins fastes mais le sport ne s’arrête pas à la simple lecture comptable d’un classement. Au-delà du nombre du nombre de points ou de buts marqués, il y a des valeurs que vous partagez avec vos dirigeants, avec vos entraîneurs avec vos supporters. Pour tous ceux qui vous entourent nous devons avoir le plus grand respect. Ils sont bénévoles, ils ont la passion pour guide. Ils passent du temps, des soirées, des journées sur les terrains et dans les salles à vous préparer à la prochaine compétition. Ils n’ont qu’une ambition : vous offrir les meilleures conditions possibles pour que le succès soit au rendez-vous. Mais leur rôle, comme celui des dirigeants c’est aussi de transmettre ce qui fait le ciment de notre société : la solidarité, la connaissance et le respect de l’autre. Par son engagement, chaque licencié, quelle que soit l’activité pratiquée, quel que soit le rôle occupé participe à la cohésion de notre cité, favorise le lien social et permet à chacun de se sentir en osmose avec son environnement. Et ce n’est pas facile. Comment un éducateur bénévole peut-il transmettre des valeurs lorsque les dérives d’un sport-spectacle, ce sport-spectacle gangrené par la dictature de l’argent-roi, font la une des médias ? Malgré tout, ils ne désespèrent pas et reviennent chaque semaine. Sans eux il serait impossible que vous puissiez vous adonner à votre passion. Pour cela ils doivent être chaleureusement remerciés et encouragés. Je veux les saluer ce soir. Le sport migennois de porte bien. On peut estimer à environ 2000 le nombre de licenciés dans les différents clubs et sections de la ville. Maintenir un tel tissu associatif qui offre une palette diversifiée des pratiques sportives demande de l’énergie et de la volonté mais aussi des moyens. Les collectivités locales assurent une grosse part des subventions attribuées au sport. Notre ville ne fait pas exception. Nous soutenons tous nos clubs autant que nous le pouvons. Cette aide prend diverses formes. Pourtant ce n’est pas suffisant ! La vie des clubs est soumise à des contraintes de plus en plus lourdes : réglementation drastique concernant l’encadrement, en termes d’organisation d’épreuves et de lourdes pressions financières. Les coûts des transports d’une part mais aussi le poids des fédérations nationales dont les tarifs augmentent considérablement et pour lesquelles toutes les occasions sont bonnes pour ponctionner les clubs. Certains parlent de racket. Or les finances publiques ne sont pas extensibles et le seront de moins en moins compte tenu des réformes en cours. C’est pourquoi la chasse aux sponsors est devenue un véritable sport. Dans ce contexte, je félicite tous les dirigeants de clubs migennois qui réussissent à faire vivre leurs associations et qui essaye de les des développer. Cela demande de beaucoup d’énergie mais la satisfaction intervient lorsque les résultats sont au rendez-vous. Mais l’essentiel n’est-il pas de participer ? Merci de votre attention.